Vendredi dernier le 26, j’ai eu une conversation téléphonique avec un conseiller du bureau de la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée. C’était la deuxième conversation en deux semaines suite à l’envoi de mon livre Dessein d’ingénieurs en décembre 2017. Au moment de l’échange, je n’avais pas encore lu le Bulletin Plus No 205, l’infolettre de l’OIQ.

Le 16 janvier, Alexandre Bélanger ne voulait pas se compromettre dans un échéancier. Au mieux, il pouvait me répondre à la fin février. Cela me semblait beaucoup trop tard alors que je pensais qu’il y a aurait des élections à l’Ordre des ingénieurs.

Alexandre Bélanger disait que le bureau de la ministre ne prendrait pas de décision hâtive. J’ai alors mentionné la lettre que j’acheminais à la ministre en juin 2017. Il ne pouvait répondre, mais cela le plaçait sur la défensive.

Faute d’échéancier plus précis sur les actions à prendre pour éviter que l’OIQ soit dominé par un petit clan, il a été convenu avec le conseiller Bélanger qu’on se reparlerait dans une semaine.

Vendredi le 26, le conseiller a continué avec sa même rengaine. Le bureau de la ministre ne prendra pas de décisions précipitées. Il semblerait que les urgences, ça n’existe pas pour le gouvernement. Que le Conseil d’administration de l’OIQ soit contrôlé par un groupe de pression ne semble pas émouvoir la ministre Vallée.

Évidemment que cela remet en question toute la tutelle de l’Ordre des ingénieurs. À quoi sert une tutelle si les administrateurs peuvent s’octroyer le pouvoir entre eux? Une organisation en tutelle ne devrait-elle pas assurer son renouvellement le plus vite possible afin de changer sa gouvernance?

À l’Ordre des ingénieurs ont fait le contraire. On concentre le pouvoir entre les mains de ceux par qui la tutelle est arrivée! Et pendant ce temps, la ministre et le gouvernement semblent se fermer les yeux. À croire qu’ils applaudissent pour le plan marketing mis en place autour de l’image de la présidente Baig.

C’est connu, un gouvernement aime la stabilité. On comprend que dans le cas de l’Ordre des ingénieurs, la stabilité n’est qu’un écran de fumée.

Dessein d’ingénieurs – La déroute des professions est disponible dans les librairies suivantes:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s