Il n’y a rien à cacher. Dessein d’ingénieurs devait me servir de plateforme électorale pour les élections à la présidence de l’Ordre des ingénieurs. Avec l’annonce comme quoi le prochain président serait nommé par le Conseil d’administration et non au suffrage universel des membres, un changement de stratégie devenait la suite logique de la démarche.

À la base, il faut comprendre que les élections étaient avant tout un prétexte pour informer les ingénieurs des problèmes présents au sein de l’OIQ. Un prétexte avant tout puisque pour gagner les élections à l’Ordre, faut avoir montré patte blanche auprès de quelques individus qui contrôlent l’organisation. D’une certaine façon, se sont eux qui décident qui gagnent et qui entrent au Conseil d’administration.

La mise en tutelle de l’organisation en 2016 devait supposément mettre fin à cette prise de contrôle. Avec le recul et selon l’enchainement des faits, par exemple l’annulation des élections, on comprend que l’objectif du gouvernement avec la mise sous administration ne vise qu’à donner l’impression que la gouvernance de l’OIQ a repris un cours normal.

La tutelle de l’OIQ n’est malheureusement qu’un écran de fumée devenu nécessaire avec la Commission Charbonneau. Après tout, à quoi bon une tutelle si ceux qui étaient là avant, seront là après? À moins qu’entre le avant et le après, la ministre administre un lavage de cerveau aux administrateurs concernés. Bref, on comprend qu’en laissant le même monde en place, la tutelle n’aura servi qu’à épater la galerie.

Les élections à l’Ordre auraient été une belle tribune pour faire connaître les réels motifs de la tutelle. Par chance, l’annulation des élections ne m’empêche pas de communiquer avec les lecteurs de dessein d’ingénieurs. J’ai donc décidé d’écrire à cinq d’entre eux. Serez-vous l’un d’eux?

Pour connaître les noms des lecteurs qui recevront une de mes lettres, vous pouvez regarder le vidéo ou suivre les liens ci-dessous.

Lecteur un, ici
Lecteur deux, ici
Lecteur trois, ici
Lecteur quatre, ici
Lecteur cinq,  ici

Conclusion du syndic adjoint de l’OCPA, ici

Dessein d’ingénieurs – La déroute des professions est disponible dans les librairies suivantes:

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s