Demain nous serons le 6 juillet. Demain, cela fera deux ans que l’Ordre des ingénieurs est en tutelle. La tutelle était nécessaire, mais à quoi bon si elle n’est qu’accessoire?

Le gouvernement a déclaré la tutelle de l’OIQ en juillet 2016, mais depuis, il en est rarement question dans les médias. Et il semble qu’il ne faut pas compter ni sur l’Ordre, ni sur l’Office des professions pour faire la lumière sur cette honte faite aux ingénieurs.

Comment se fait-il que personne ne parle de la tutelle alors que la gouvernance de l’Ordre des ingénieurs fait preuve d’amateurisme?

Selon vous, le gouvernement a-t-il à gagner à tenir la tutelle sous les radars? Voici la lettre envoyée au Premier ministre Philippe Couillard pour qu’il s’implique dans le dossier.

 

Monsieur le Premier ministre,

J’ose espérer que vous avez en mémoire qu’en 2015, je vous demandais d’intervenir pour mettre l’Ordre des ingénieurs en tutelle. Dans quelques jours, cette dernière fêtera son deuxième anniversaire. Malgré cet affront aux ingénieurs, il faut admettre que rien n’a réellement changé au sein de l’Ordre des ingénieurs.

C’est à contrecœur que je vous écris concernant une situation critique qui vient de se produire à l’Ordre des ingénieurs. Le 15 juin dernier, le lendemain de l’Assemblée générale annuelle, l’organisation annonçait que le Comité exécutif était aboli, soi-disant pour améliorer sa gouvernance. Aucune explication n’a été fournie pour ce changement majeur en ce qui a trait à la structure décisionnelle de l’organisation.

Pourrait-on imaginer un gouvernement sans Conseil des ministres? C’est pourtant une situation similaire qui vient de se produire à l’Ordre des ingénieurs. L’abolition du Conseil des ministres est impensable dans notre société démocratique parce que cela remettrait entre les mains d’un seul homme une part importante des pouvoirs de l’État. Depuis moins de deux semaines, c’est pourtant la situation qui prévaut au sein de mon Ordre professionnel.

À la lumière des derniers événements, la tutelle de l’Ordre des ingénieurs ne semble pas être en mesure de rétablir une saine gouvernance au sein de l’organisation. Je me vois donc obliger de vous demander d’intervenir dans le dossier afin que l’organisation puisse se sortir de son marasme une fois pour toutes.

Soyez assuré que je demeure disponible pour répondre à vos questions. Considérant ma connaissance du dossier et des enjeux de l’organisation, j’apprécierais une réponse de votre part.

Veuillez recevoir, Monsieur, mes cordiales salutations.

Guy-Michel Lanthier, ing.

Que pensez-vous de la situation?

 

Dessein d’ingénieurs – La déroute des professions est disponible dans les librairies suivantes:

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s