Malgré la tutelle – à moins qu’il soit plus juste de dire, grâce à la tutelle – l’Ordre des ingénieurs (OIQ) et sa présidente Kathy Baig se sont lancés dans une démarche pour en mettre plein la vue. Leur objectif est de faire croire que tout va bien au sein de l’organisation. Le but est d’arriver au 100e anniversaire en prétendant être LA référence en matière de gouvernance.

Lorsqu’on regarde de plus près ce qui se passe, on comprend rapidement que pour arriver à ces fins, l’OIQ prend tous les moyens pour mousser l’image des ingénieurs et des entreprises reliées au monde du génie. Faut-il croire qu’il y a une corrélation entre l’image des ingénieurs et la protection du public?

Évidemment que non! La protection du public ne sera jamais liée ni de près, ni de loin, aux sourires des ingénieurs ou à leur notoriété. En ce sens, la Commission Charbonneau a très clairement démontré qu’il ne faut jamais se fier aux apparences. Mais que cela ne tienne, la présidente Baig carbure au plan ING2020 et court les tribunes pour faire connaître la bonne nouvelle.

Le plus grand problème à l’Ordre des ingénieurs est une croyance qui mine la perception et le jugement des administrateurs. Selon eux, les ingénieurs ne sont pas assez reconnus au sein de la société. C’est cette croyance qui motive le département des communications à multiplier les annonces favorables aux ingénieurs.

Le plan ING2020 est tellement pris au sérieux au sein de l’OIQ que les gestionnaires ne savent plus où donner de la tête. Qui perd tête, perd jugement. C’est ainsi que l’Ordre des ingénieurs a fait la promotion d’un publireportage sur une jeune ingénieure.

Personnellement, je n’ai rien contre l’ingénieure. Tant mieux pour elle si elle a pu recevoir une luxueuse voiture avec l’histoire de son cheminement professionnel. Cela dit, est-ce le rôle d’un Ordre professionnel de faire la promotion des publireportages de ses membres?

C’est malheureux, mais la tutelle de l’Ordre des ingénieurs n’a rien changé. L’organisation est sous l’emprise d’une idéologie qui relève plus d’un complexe d’infériorité que de protection du public. Le pire est que malgré les signalements, l’Office des professions et le gouvernement ferment les yeux.

Ne reste plus qu’à se demander à qui sert la plan marketing de l’Ordre des ingénieurs. Assurément, ce n’est pas la protection du public qui va en sortir gagnante.

 

Dessein d’ingénieurs – La déroute des professions est disponible dans les librairies suivantes:

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s