Je n’ai rien à cacher. Je serai actif sur les réseaux sociaux pendant la campagne électorale du Québec en vue de l’élection du 1er octobre 2018. Je souhaite inciter les politiciens à se prononcer sur la situation à l’Ordre des ingénieurs et de façon plus générale, sur l’état du système professionnel. Si le Conseil interprofessionnel du Québec demande un ministre à temps plein comme je le mentionnais ici, c’est qu’il doit y avoir un problème avec les professionnels ou leurs Ordres.

C’est donc avec enthousiasme que j’ai écouté le Dialogue jeunesse des chefs organisé par l’Institut du Nouveau Monde et le journal Le Devoir. J’ai adoré cet apéritif et je serai à l’affût tout au long des cinq prochaines semaines. Je trouve important de savoir ce que les chefs ont à dire. D’autant plus important que je veux les interpeller en fonction de ce qu’ils véhiculent comme message.

Avec tout ce que j’ai vu au cours des 5 dernières années, j’ai le goût d’entendre parler vrai. Je serai donc actif pour interpeller les chefs de parti afin qu’ils se prononcent en fonction de ce qu’ils véhiculent comme message. Vous pouvez voir ce à quoi cela peut ressembler dans ce vidéo.

Comme bien des citoyens, je n’ai plus le goût d’entendre des promesses qui tombent dans l’oubli une fois les élections terminées. Je serai donc présent dans l’espace public pour dénoncer ce que j’observe à l’Ordre des ingénieurs. En particulier, je vais dénoncer la réélection à la présidence de l’ingénieure Kathy Baig. Il est inconcevable que le Conseil d’administration ait pu déroger au Code des professions pour la reporter à la tête de l’OIQ. Comment 15 administrateurs ont-ils pu la réélire en contrevenant au Code des professions?

Je veux savoir ce que les politiciens pensent de la tutelle de l’Ordre des ingénieurs. Quel est leur plan pour l’organisation? Envisagent-ils le statu quo? Vont-ils laisser les choses aller pendant des années comme l’a fait le gouvernement de Philippe Couillard? Vont-ils exiger que l’Office des professions prenne les choses en main et arrête de se fermer les yeux en affirmant avoir la situation sous contrôle?

Et il n’y a pas que l’OIQ où ça va mal. Il y a aussi l’Ordre des comptables qu’il faut dénoncer. Lorsqu’une organisation qui est sensée protéger le public affirme par la voix de son syndic que des fausses factures ne sont que des anomalies de facturation, on comprend qu’il y a un problème pernicieux au sein du système professionnel.

Et vous, vous en connaissez des histoires d’horreur qu’on retrouve dans les coulisses des Ordres professionnels?

Voici le Dialogue jeunesse des chefs 2018. Ça débute à 11 min 30 s.

 

Crédit photo: Jacques Nadeau – Le Devoir

 

Dessein d’ingénieurs – La déroute des professions est disponible dans les librairies suivantes:

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s