Le 23 juillet, l’Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ) faisait l’annonce de sanctions aux deux frères Sauriol, anciens dirigeants de la firme de génie Desseau. Une amende de 100 k$ pour l’un, l’autre s’en tirant avec une de 50 k$. Jamais le système professionnel n’a puni un membre pour de tels montants. Il ne serait pas surprenant que l’OIQ a voulu montrer que son plan ING2020 donne des résultats, après tant d’années d’amateurisme.

Lorsque j’ai pris connaissance de la sanction au début août, j’ai fait le lien avec les propos de la présidente Kathy Baig lors de ces conférences. Je l’ai vu à deux reprises et chaque fois, elle vantait son plan ING2020, le dynamisme du Bureau du syndic, les dossiers qui se fermaient, l’embauche de nouveaux enquêteurs, etc. Elle terminait son crescendo avec les frères Sauriol.

« Vous connaissez les frères Sauriol… et bla-bla-bla. » Je ne comprenais pas pourquoi elle sortait des noms précis en pleine assemblée publique. Ce n’est qu’au début août que j’ai finalement compris pourquoi les deux frères faisaient partie intégrante du discours de la présidente. L’humain est ainsi fait, il utilise des boucs émissaires lorsqu’il y a une crise généralisée, et du monde à protéger.

Je ne veux pas minimiser les gestes ou le rôle des concernés dans la saga de la collusion et de la corruption telle qu’il a été exposé à la Commission Charbonneau. Il faut toutefois se rendre à l’évidence, ils n’ont sûrement pas fait cela tout seuls dans leur coin. Combien d’autres ont participé à ce système de financement des partis politiques? Sur ce point, personne n’est dupe. Pour ce qui est des vierges offensées, il ne serait pas surprenant que certains faisaient partie du stratagème.

J’approchais l’Office des professions en 2011 pour signaler une prise de contrôle de l’Ordre des ingénieurs par un groupe qui voulait mettre sur pied une association d’ingénieurs. Curieusement, ce groupe a pris le contrôle de l’OIQ dans les années où la collusion a débuté dans le monde du génie. Pendant cinq ans, jusqu’en 2016, l’Office a répondu qu’elle n’adhérait pas à ma vision. « Merci de votre signalement. Nous avons la situation en main. »

La mise sur pied de cette association d’ingénieurs aurait-elle pu être une diversion pour court-circuiter les enquêtes du syndic qui aurait pu venir interrompre les activités de financement politique? Certains policiers disent qu’on leur demande d’arrêter leurs enquêtes lorsqu’ils s’approchent trop des hautes sphères. Des directives similaires seraient-elles possibles au sein d’un Ordre professionnel?

Plus la Commission Charbonneau avançait, plus les regards se tournaient vers l’Ordre des ingénieurs. L’organisation s’est excusée en demandant la compréhension de tous. « On n’était pas prêt pour ce genre d’enquête. » En 2016 l’Ordre des ingénieurs a été mis en tutelle. L’OIQ a répondu avec son plan ING2020.

En 2018, après l’annulation des élections des administrateurs, le Conseil d’administration a réélu la présidente Baig en contrevenant au Code des professions. Que font le gouvernement et les administrateurs nommés par la tutelle?

Dire que la présidente se promène de tribune en tribune en affirmant que l’Ordre des ingénieurs deviendra une référence en matière de gouvernance! L’objectif est noble, mais pour l’instant, on comprend que la tutelle, tout comme les sanctions aux frères Sauriol, ne sont qu’une illusion pour le peuple!

 

Dessein d’ingénieurs – La déroute des professions est disponible dans les librairies suivantes:

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s