Pour plusieurs ingénieurs, il y a l’avant et l’après-Commission Charbonneau. Au fil des rencontres et conversations, il n’est pas rare d’entendre de la déception en lien avec l’image de la profession qui a changé au sein de la population. Être ingénieur ne serait plus aussi enviable depuis les confessions de certains membres concernant leurs stratagèmes de partage de contrats et de financement des partis politiques.

Personnellement, je n’ai jamais perçu un changement d’attitude ni entendu de propos désobligeants après avoir mentionné que j’étais ingénieur. J’ai souvent pensé que la perception des autres concernant la profession était peut-être avant tout une perception des membres par rapport à eux-mêmes. Je pensais cela jusqu’au lundi 27 août.

C’est lundi le 27 août que j’ai appris sur mon fil LinkedIn que l’ingénieure Marie-Chantal Chassé se présentait pour la Coalition Avenir Québec (CAQ). Je la connaissais de nom suite à des reportages mentionnant son succès comme Présidente et fondatrice de l’entreprise JMJ Aéronautique. Après avoir pris connaissance de la nouvelle sur LinkedIn, je m’attendais à voir des articles sur sa nomination dans les médias.

Après un premier survol infructueux des médias sociaux, j’ai lancé une recherche plus approfondie sur le Web. C’est à ce moment que j’ai trouvé un article, un seul, portant directement sur la nomination de l’entrepreneure. En fait, c’est le journal local, Le Soleil de Châteauguay, qui a fait mention du saut en politique de l’ingénieure. C’est à ce moment que j’ai réalisé que la nomination c’est fait le vendredi 24 août alors qu’on était le lundi 27.

Comment la nomination d’une ingénieure avait-elle pu échapper à mon attention? Je ne pouvais me l’expliquer, mais j’avais maintenant un point de référence. J’ai donc fait d’autres recherches pour comprendre comment la nouvelle avait échappé à mon attention. Faute de résultat, j’ai décidé de passer en revue le profil Twitter du Chef de la CAQ, François Legault. C’est lorsque je suis tombé sur le tweet en question que j’ai réalisé qu’il était peut-être honteux d’être ingénieur.

(NDLR: La vidéo fait mention d’ingénieure mécanique et chimiste, mais c’est bien ingénieure des matériaux le champ d’études de l’ingénieure Chassé.)

M. Legault a présenté Mme Chassé non pas comme une ingénieure, mais comme quelqu’un qui détient un baccalauréat en génie des matériaux. Évidemment, il y a des bacheliers en génie qui, pour différentes raisons, ne demandent pas le titre d’ingénieur. Pour m’assurer de comprendre la situation, j’ai vérifié si la bachelière Chassé figurait au tableau de l’Ordre des ingénieurs. À mon grand étonnement, son nom y était bel et bien présent.

C’est à ce moment que je me suis demandé comment il était possible qu’un chef de parti politique attire une ingénieure de renom dans son équipe et la présente comme une bachelière en ingénierie. Serait-ce si honteux d’être ingénieur?

 

Dessein d’ingénieurs – La déroute des professions est disponible dans les librairies suivantes:

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s