Après 13 jours, la campagne électorale a atteint sa vitesse de croisière. Certains partis ont commencé à s’enfarger dans les fleurs du tapis. D’autres tentent par tous les moyens de se faufiler entre les controverses en espérant finir premiers au fil d’arrivée. Pour ma part, je continue de croire qu’il faut parler des Ordres professionnels au cours de cette campagne et en particulier, de la situation à l’Ordre des ingénieurs. J’y crois même si d’un côté comme de l’autre, on m’a dit qu’il y a trop de sujet à aborder et que la situation au sein de l’OIQ était trop technique et spécialisée pour intéresser la population.

J’ai un tempérament qui aime aller au fond des choses. Comme les médias veulent attendre le moment P (P comme propice) pour parler des déboires de l’OIQ et que les politiciens préfèrent les sujets faciles à présenter, je me suis demandé comment je pouvais les intéresser au sujet de l’Ordre des ingénieurs.

C’est ainsi que j’ai fait un pas en arrière pour mieux me remémorer les différents dossiers qui ont touché de près ou de loin le système de justice dans les dernières années. C’est un fait à ne pas oublier, un Ordre professionnel est une extension du système professionnel par sa qualité de tribunal administratif. C’est dans ce contexte que j’ai pensé à la Commission Charbonneau et l’arrêt Jordan; deux événements fortement médiatisés et qui touchent directement le système de justice québécois.

Quelles sont les leçons retenues de la Commission Charbonneau? Quelles mesures ont été mises en place pour remédier à l’impact de l’arrêt Jordan sur la sécurité des citoyens? Que dire de l’Ordre des ingénieurs alors qu’en juillet, la ministre Vallée a mentionné que la tutelle ne sera pas levée. D’autant plus pertinent d’en parler puisqu’elle n’a pas préciser pourquoi sa décision, et ce, sans définir les conditions de sortie.

Lorsqu’on s’arrête pour y penser, on réalise que ça ne fait aucun sens de ne pas aborder le thème de la justice au cours de cette campagne électorale. Des événements majeurs, inédits, ont chambardé l’appareil québécois et les aspirants premiers ministres ne voient pas la pertinence de mettre le sujet à l’avant-plan! Sérieusement, c’est comme cela que l’on veut faciliter la vie des familles, maintenant?

Que valent les promesses les unes plus généreuses que les autres si à la base, aucune mesure n’est prise pour assurer l’ordre social et la sécurité des citoyens?

L’Ordre des ingénieurs demeure en tutelle alors que sa présidente a été réélue en contrevenant au Code des professions. L’arrêt Jordan a certes l’avantage de désengorger le système de Justice, mais ce n’est vraiment pas le moyen préconiser par la population. Pour ce qui est de la Commission Charbonneau, il serait dommage de tabletter ses principales conclusions faute de courage politique.

Les promesses irréalistes, la rhétorique partisane, les candidats vedettes parachutés, la population en a soupé. Ce que les familles, les générations futures, monsieur et madame tout le monde veulent, ce sont des solutions tangibles à des problèmes réels. Le système de justice est embourbé comme jamais avec l’arrêt Jordan. La tutelle de l’Ordre des ingénieurs est le reflet d’un système professionnel en déroute. Comment vous, chefs politiques, pouvez-vous croire que la Justice n’a pas sa place dans cette campagne électorale?

 

 

Dessein d’ingénieurs – La déroute des professions est disponible dans les librairies suivantes:

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s