Comme tous les ingénieurs du Québec, sauf les administrateurs de l’Ordre des ingénieurs, jamais je n’aurais su que le processus électoral ayant permis la réélection de la présidente, l’ingénieure Kathy Baig, contrevenait au Code des professions. C’est l’un des membres du Conseil d’administration qui m’en a fait part après avoir pris connaissance du livre Dessein d’ingénieurs – La déroute des professions. Il a demandé à me rencontrer tout en exigeant que je ne révèle pas son identité. Il craint des représailles.

C’est lors de notre rencontre qu’il m’a expliqué que la réélection de la présidente contrevenait à l’article 64 b) du Code des professions. Je ne cacherai pas qu’à brule-pourpoint, je ne l’ai pas cru. Comment serait-ce possible que la présidente ait été réélue illégalement alors que l’organisation est en tutelle, me disais-je. Percevant mon incrédulité, l’administrateur m’a alors expliqué quelques étapes qui ont mené à ladite réélection.

D’entrée de jeu, il m’a expliqué l’article 64 b) du Code des professions qui détermine le processus menant à l’élection du président par le Conseil d’administration. Les administrateurs élus élisent le président entre eux. Ensuite, il m’a fait part du stratagème utilisé pour réélire la présidente Baig. En résumé, comme son mandat initial était de deux ans et que les élections de 2018 ont été annulées, il fallait jouer avec les dates pour permettre sa réélection sans soulever de soupçons. La cerise sur le sundae est assurément l’avis juridique qui a été demandé pour rassurer les administrateurs comme quoi tout ce qui précède respecte le Code des professions.

Article 64 b)
au suffrage universel des administrateurs élus et des administrateurs nommés, qui élisent le président parmi les administrateurs élus par scrutin secret.

Selon mon interlocuteur, une il aurait été dit lors d’un Conseil d’administration qu’il était possible de réélire la présidente quelques jours avant la fin de son mandat tout en respectant le Code des professions. En procédant tel que proposé, quelques jours avant du mandat 2016-2018, on respectait le paramètre « parmi les électeurs élus » de l’article 64 b) du Code des professions.

Lors de la présentation, il aurait été mentionné que considérant que le Code des professions ne précise pas que le mandat de l’administrateur élu comme président devait couvrir la durée de son mandat à la présidence, seule une contestation devant les tribunaux pourrait débouter la décision du Conseil d’administration de réélire la présidente. Dans les circonstances, les administrateurs n’avaient pas à craindre d’être poursuivis dans le cadre de leurs fonctions pour participation à un stratagème.

Selon mon interlocuteur, le bureau de la présidente communiquait régulièrement de l’information aux administrateurs pour les persuader de la soutenir dans ses démarches. Exemple, dans ce courriel, on note, dans la section « Mise sous administration – état de la situation » que la présidente envisageait de publier une lettre ouverte dans les médias pour faire pression sur le gouvernement Legault pour qu’il lève la tutelle. Que vaut la levée de la tutelle dans les circonstances?

Pourquoi l’administrateur a-t-il pris le risque de me divulguer ces informations? Avant son élection au Conseil d’administration, était-il conscient que l’Ordre des ingénieurs est contrôlé par quelques stratèges qui font entrer au C.A. majoritairement les individus qui adhèrent à leur idéologie? Serait-ce qu’il n’en pouvait plus de supporter les manigances qu’il observait dans le cadre de ses fonctions? Assurément, il devra être protégé comme lanceur d’alerte advenant qu’il soit découvert par une enquête interne.

Plusieurs ont applaudi lors de l’annonce de la levée de la tutelle. Toutefois, tout laisse croire que la décision du gouvernement Legault repose sur des artifices. Dans les circonstances, doit-on comprendre que tout est en place pour une prochaine Commission Charbonneau?

Assurément, le monde de l’ingénierie mérite mieux que des stratagèmes de la part de quelques membres de la profession. J’invite donc tous les ingénieurs à s’informer et à prendre part aux élections des administrateurs qui se débuteront dans quelques semaines.

 

Dessein d’ingénieurs – La déroute des professions est disponible dans les librairies suivantes:

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s